Optenir du trafic organique

En dépit de quelques améliorations graphiques, le système de contrôle et une idée centrale demeurent les mêmes. Le paramètre semble être cette période de temps lorsque l’affichage de Noël d’un centre commercial sous-alimentées a envahi l’Empire romain, et c’est à vous pour combattre les hordes infinies des méchants. Bien sûr, vous êtes essentiellement aussi un méchant ; mais vous êtes un de ces bons méchants, comme Darth Vader ou son Sith maître, Michael Barrymore.

Avant de conquérir la terre, vous devez garder votre base infernael vers le haut et assurez-vous que vous avez toujours suffisamment de serviteurs. Le système de contrôle – comme pour le premier – est incroyablement intuitif : bouton gauche pour attaque, bouton droit pour défendre, les deux boutons à go-on-a-mad-rampage-and-destroy-everything-in-sight. L’approche non interventionniste prend un peu s’y habituer, et si vous préférez votre piratage et débroussaillage à être un peu plus tactile il peut vous laisser froid.

Si le caractère titulaire n’a pas de présence, les sbires volent la vedette, et il n’y a rien tout à fait comme l’exécution d’une parfaite attaque à l’aide de la variété des bougres peu l’offre sur le trafic organique. Assis quelque part entre les Gremlins et Gollum sur l’échelle de créatures fantastique petite, ils sont tout à fait hilarant et absolument captivant, causant d’indicibles chaos où qu’ils aillent.

Le premier niveau est jonché de bonhommes de neige et commander vos Larbins pour attaquer les résultats dans leur voler des têtes de bonshommes de neige et qui les portent des casques aussi fantasques. Malheureusement, même la plus mignonne de serviteurs ne peuvent pas couvrir le fait que le jeu a des défauts plus qu’un gratte-ciel de tapis. Les niveaux sont soigneusement construits autour des points votre sauvegarde – je veux dire, portails – mais de déterminer ce que vous avez à faire est un processus d’essais et d’erreurs. Surtout cette dernière. J’ai passé les âges se tenait dans une salle incontournable apparemment, ma sortie bloquée par un petit ruisseau. C’est seulement après une trentaine de minutes que j’ai accidentellement marchait dans la mauvaise direction et réalisé que, juste cela une fois, le personnage du joueur n’a pas été aussi hydrophobe comme un chat qui fait du café granulé.

Mes frustrations avec le jeu ne s’arrête pas là. Il ya tellement d’une conversion de la console qu’il pourrait aussi bien avoir sont sur une cartouche. Je pourrais mettre à peu près vers le haut avec l’irrégulière enregistrer points et l’absence d’un système de quicksave ; mais les ennemis re-frai lors du chargement m’a donné envie à coup de mon PC à travers la pièce. L’Al est aussi catastrophique, avec les méchants là debout tandis que les sept nuances de shinola hors d’eux, le coup votre coquins ou plus horriblement agressifs et battre vos acariens en confiture minion.

J’ai pensé que défauts comme celles-ci avaient pris le chemin du dinosaure, lors de la dernière génération de consoles a disparu, mais, de toute évidence pas.

En effet, emporter le graphisme contemporain et l’ensemble du jeu se sent comme un produit d’environ 15 ans, quand mignons petits bâtards avec voix drôles (Lemmings, Worms) dans paramètres de genre-purer pourraient se déplacer surdimensionnées boîtes de jeux. Il n’est pas une mauvaise chose, juste un peu pittoresque en ces jours de jeux étant bon divertissement adulte et le trafic organique.

Les niveaux pure de charisme contenues dans Overlord II le rendent extrêmement difficile de ne pas aimer, mais je pense que j’ai réussi à peu près elle. Il y a beaucoup de choses pour elle : la notion de simple est toujours suffisant pour faire ressortir des hordes des autres RTS/RPG, et il a certainement ses charmes. Mais, comme un chiot radioactif, la nouveauté s’use assez rapidement et vous devenez juste avoir envie de Doramardennes.

Publicités

Publié le novembre 8, 2014, dans Entreprise et économie, Internet, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Optenir du trafic organique.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :